Avec Chance, vous identifiez quel est votre job idéal, grâce à l'analyse de vos motivations, de vos forces et de votre profil réalisée avec votre coach Chance. Puis vous êtes accompagné pas ce coach dans la mise en oeuvre, étape par étape, d'un plan d'actions réaliste pour atteindre ce job ! En savoir plus >

Reconversion : vous êtes infirmier et vous souhaitez changer de métier ?


Accueil   >   Reconversion professionnelle   >   Quand on est infirmier

Comment s’y prendre pour changer de métier lorsqu’on est infirmier/infirmière ? Pour quelles raisons quitte-t-on cette profession ? Tour d'horizon.

La reconversion professionnelle est un phénomène qui touche tous les secteurs et tous les métiers. Quand certains rêvent de recommencer leur carrière à zéro pour devenir infirmiers, certains infirmiers à l’inverse souhaitent rendre leur blouse blanche pour donner une autre orientation à leur vie professionnelle. Comment s’y prendre pour changer de métier lorsqu’on est infirmier/infirmière ?

Parce que la reconversion professionnelle ne devrait pas être un sujet tabou, Chance vous aide à faire le point sur les possibilités qui s’offrent à vous, si vous aussi vous êtes un infirmier qui désire autre chose.

1. Pourquoi se reconvertir ?

On comprend aisément l’envie de certains actifs de changer de métier. Ouvrier usé, cadre surmené, trader en perte de valeur ou employé de restaurant qui ne croit plus aux promesses de promotion de son patron : autant d’exemples de conditions de travail difficiles avec lesquelles il est légitime de vouloir rompre. Mais pourquoi un infirmier, c'est-à-dire quelqu’un qui contribue à rendre la vie des patients plus agréable, voudrait-il arrêter d’exercer ?

Pour quelqu’un qui ne connait pas le quotidien d'infirmier, cela semble difficile à comprendre. L’une des étapes indispensables au succès d’une reconversion professionnelle, c’est d’être respecté dans son choix en gagnant le soutien de son entourage. Prendre la décision de se reconvertir n’est jamais une chose facile. Et cela l’est encore moins lorsqu’on doit faire face à une incompréhension générale et justifier son choix en permanence. Pourtant, au même titre que n’importe quel autre travailleur, l’infirmier a tous les droits de vouloir changer de métier. D’ailleurs, il dispose même de raisons solides pour vouloir se reconvertir. Si tout était encore parfait en début de carrière, nombreux sont les infirmiers à se rendre compte des aspects négatifs de leur métier, souvent très durs à supporter sur la longueur. Cette partie de la profession est malheureusement trop souvent ignorée et en premier lieu par les infirmiers eux-mêmes !

Être infirmier, c’est certes assister des personnes malades pour leur prodiguer des soins, leur tenir compagnie ou leur remonter le moral. Un infirmier est sur tous les fronts. Mais être infirmier, c’est aussi accepter des horaires difficiles : travail de nuit, les week-ends, les jours fériés… L’infirmier est souvent en décalage avec le reste de la société et cela est d’autant plus difficile à vivre lorsqu’on doit élever des enfants. La difficulté à lier vie professionnelle et vie personnelle est réelle pour beaucoup d’infirmiers.

En outre, la pression est souvent importante en raison d’effectifs réduits et du manque de moyens, ce qui génère des conditions de travail déplaisantes et peu gratifiantes. Si l’infirmier a pour mission principale de venir en aide aux patients en assistant médecins et chirurgiens, en retour qui vient en aide à l’infirmier ?

La fatigue physique finit par s’installer durablement et le salaire bien trop bas n’est même pas une compensation convenable à tant d’efforts. On est bien loin du portrait généralement positif brossé par la société. Pas étonnant alors que beaucoup d'infirmiers finissent par craquer. Pour éviter d’en arriver là, la reconversion s'impose comme solution. Mais les problèmes ne s’arrêtent pas pour autant : se reconvertir pour faire quoi ?

Se reconvertir : pour faire quoi ?

L’un des meilleurs moyens de déterminer les métiers éligibles à une reconversion est de dresser la liste de ce qu’on aime faire. Après tout, lorsqu’on fait le choix de se reconvertir, on choisit d’abandonner ce qu’on n’aime pas pour mieux se consacrer à ce qu’on aime.

En général, les infirmiers se lancent dans leur carrière par amour, au nom de valeurs comme l’entraide, la solidarité et le don de soi. Les infirmiers apprécient aider les autres. Il est difficile d’envisager de devenir infirmier pour quelqu’un de peu social qui ne supporte pas le contact humain.

Les infirmiers, même ceux qui envisagent une reconversion, chérissent souvent l’idée d’apporter un peu plus de bonheur à autrui dans un monde rongé par les accidents et les maladies. C’est un engagement honorable. Comme cité plus haut, un infirmier souhaitant changer de métier évoquera rarement comme raison un manque d’intérêt soudain pour le patient ou ne plus vouloir s’investir pour les autres êtres humains.

S’il fait ce choix, c’est parce qu’il a au contraire trop souvent oublié qu’il était lui aussi un être humain et qu’il ne pouvait pas tout supporter, même avec la meilleure volonté du monde. Mais les infirmiers cherchent toujours, et c’est là le dernier élément à prendre en compte pour peaufiner son plan de reconversion, à trouver un sens à leur travail.

Trouver un sens à son travail

Lorsque vous êtes infirmier et que vous arrivez à ce stade de la réflexion, vous pouvez être fier de vous.

Premièrement, vous savez que votre métier, aussi indispensable soit-il à la société, ne vous correspond plus. Vous décidez donc d’agir en conséquence et de changer de métier.

Deuxièmement, vous savez ce qui vous a d’abord attiré dans le métier d’infirmier, vous ne reniez pas vos valeurs, loin de là, mais souhaitez juste trouver un autre contexte d’application. En réalité, vous venez de faire l'essentiel du travail.

Contrairement à ce qu'on pense généralement, le plus difficile dans une reconversion n’est pas forcément de se former à un nouveau métier. C’est souvent de prendre la décision de laisser son ancien métier derrière soi et ne de ne pas rester au stade de la frustration qui risque de contaminer votre vie privée et celle de vos proches (isolement, dépression, rupture, etc.).

C’est ensuite de faire un long travail d’introspection sur soi qui permettra d’aboutir aux conclusions tirées dans le paragraphe précédent. Le reste désormais – trouver un métier et s’y former – n’est presque qu’une formalité pratique.

Alors, quels sont les métiers les plus adaptés à un infirmier reconverti ? Il s’agit de choisir un métier proche, pas forcément dans le secteur mais dans le reflet qu’il donne de votre personnalité et les possibilités d’épanouissement personnel qui en découlent. En tant qu’infirmier, vous rechercherez vraisemblablement un métier où vous pourrez mettre à profit toutes vos forces et vos qualités humaines. On parle ici de l’aisance relationnelle, les qualités d’écoute, le sens de l’organisation, la rigueur, l’adaptabilité et la réactivité dont vous savez faire preuve au quotidien.

Les métiers possibles sont nombreux : vous pouvez penser à devenir professeur des écoles, sophrologue, esthéticien, auxiliaire de puériculture pour exemple. Si le secteur de la santé continue de jouer un rôle important pour vous, au point de ne pas envisager d’autre environnement de travail, pourquoi ne pas reprendre des études de médecine et exercer ainsi un métier plus gratifiant, mieux rémunéré et toujours aussi utile ? Libre à vous de décider ce que l’infirmier que vous avez été peut désormais apporter à la société.