Avec Chance, vous identifiez quel est votre job idéal, grâce à l'analyse de vos motivations, de vos forces et de votre profil réalisée avec votre coach Chance. Puis vous êtes accompagné pas ce coach dans la mise en oeuvre, étape par étape, d'un plan d'actions réaliste pour atteindre ce job ! En savoir plus >

Avant la reconversion : bien se connaître


Accueil   >   Reconversion professionnelle   >   Bien se connaitre

Une bonne reconversion commence toujours par une phase d’introspection. Comment se préparer et apprendre à mieux se connaître pour bien choisir son nouveau métier ?

Lorsque l’insatisfaction et la frustration règnent sur le lieu de travail (missions trop peu gratifiantes, faible rémunération, conflits récurrents avec les collègues, mésentente systématique avec la hiérarchie, perte de sens total dans les tâches confiées, désintérêt croissant pour le secteur…), la reconversion professionnelle apparaît généralement comme le remède miracle.

S’il est vrai que de telles situations sont à percevoir comme autant de signaux favorables à un changement de métier, une reconversion mal préparée s’avère tout aussi problématique que rester dans un métier inadéquat. Et pour bien commencer sa reconversion, rien de tel qu'une bonne introspection ! Mode d'emploi.

1. Vos motivations profondes

Si l’introspection est nécessaire, c’est d’abord parce qu’elle vous permet de savoir quelles sont vos véritables motivations et vos aspirations les plus profondes. Quelles sont les choses qui vous motivent le plus dans votre vie personnelle de tous les jours ? En fonction des individus, cela par exemple peut être :

  • une passion (comme la musique pop, la danse classique, le hockey sur glace, la boxe thaï, la photographie en nature, la lecture de romans, l'apprentissage de langues étrangères, l'histoire de la France, la cuisine italienne, etc.)
  • des valeurs (entraide, solidarité, ouverture, fraternité, bienveillance, écologie, etc.)
  • ou des expériences personnelles significatives (élever vos enfants, développer la vie associative de votre quartier, etc.).

2. Vos motivations au travail

En outre, quelles sources de motivation sont pour vous les plus importantes au travail ? Si certains privilégient un salaire élevé, d’autres accordent plus d’importance à la flexibilité des horaires, la prise de décisions, l’ambiance de travail ou la taille de l’entreprise type startup. Ce sont des choix personnels qu'un travail d'introspection vous permettra de mettre en lumière.

Par ailleurs, grâce à l’introspection vous pourrez identifier vos forces tout comme vos points d’amélioration. Si vous avez bien souvent déjà connaissance de vos principales qualités et faiblesses, l’introspection aura au moins l’avantage de confirmer vos idées (ou au contraire de les infirmer si votre vision est trop biaisée) et de vous faire aller encore plus loin dans votre analyse.

3. Vos points d'amélioration

Il s’agit également de connaître les choses que vous voudriez plus développer : par exemple, votre sens de la négociation commerciale, votre talent de cuisinier, votre goût pour les chiffres, votre compréhension de l’anglais dans un contexte professionnel ou vaincre votre timidité lorsqu’il s’agit de mener une présentation devant un public.

Tout cela permet de peindre un tableau général de votre personnalité et de vos aspirations. C’est ainsi que vous pourrez combiner motivations, forces, compétences et qualités pour faire le bon choix de métier et réussir votre reconversion professionnelle.

L'introspection en détail

Plus précisément, le mécanisme d’introspection se divise en deux grandes étapes. Après avoir traité cette première grande étape, de nature plutôt générale mais d'importance majeure, vous devrez ensuite passer à une introspection plus approfondie, autrement dit mener une introspection un peu plus en détail pour valider votre reconversion professionnelle en toute sérénité.

C'est un travail plus long et un peu plus contraignant mais qui ne doit surtout pas être négligé. A ce stade, une analyse introspective ne peut pas se contenter de prendre en compte votre seule personne pour la simple et bonne raison que tout être humain est également un produit social.

Par vos expériences, vos choix de vie, vos rencontres et vos contacts quotidiens, vous dépendez d’un environnement social et culturel dans lequel il existe des contraintes extérieures. Ces contraintes, que vous ne contrôlez pas entièrement pour la plupart, exercent toutes et en permanence un rôle lorsqu’il s’agit pour vous de prendre des décisions comme, par exemple, choisir son métier.

Dans ce cas, le but pour vous est de mieux connaître votre environnement et ses contraintes afin de faire un choix plus éclairé. Les principales contraintes sont:

  • la famille (êtes-vous marié ou célibataire ? Avez-vous des enfants ou envisagez-vous d’en avoir ? Vos enfants sont-ils en bas âge ou déjà parfaitement autonomes ? Dépendent-ils financièrement de vous ? Devez-vous verser une pension alimentaire suite à un divorce ?, Avez-vous un parent malade ou invalide à votre charger ?, etc.),
  • l’argent (avez-vous un crédit voiture, consommation et/ou maison à rembourser ? Le coût de la vie dans votre ville est-il plus élevé qu’ailleurs dans le pays ? Avez-vous des besoins financiers particuliers pour financer des projets à court ou moyen terme ?, etc.),
  • la sécurité (devez-vous gérer un parent ou un enfant malade ? Avez-vous déjà connu une période de chômage de longue durée ? Êtes-vous en début ou en fin de carrière ? Avez-vous déjà échoué dans une reconversion professionnelle à un autre moment de votre vie professionnelle ?, etc.)
  • ou encore les horaires de travail (élevez-vous vos enfants seul ? Devez-vous être disponible pour les rechercher à la sortie de l’école ? Souffrez-vous d’une maladie qui rend tout travail de nuit ou en horaires décalés difficile voire impossible ?, etc.).

Plus complète et donc plus complexe à réaliser, cette deuxième étape d’introspection contribuera à mieux vous faire connaître les capacités précédemment identifiées. Parmi ces compétences, quelles sont celles qui peuvent servir quel que soit le métier (on parle essentiellement ici des compétences dites sociales comme par exemple l’empathie, la solidarité, la générosité, le charisme, l’abnégation, l’écoute, etc.) ?

A l’inverse, y a-t-il des compétences qui ne servent qu’à certains métiers (compétences physiques, linguistiques, informatiques, pédagogiques, artistiques, techniques, etc.) ? C’est ainsi que vous pourrez définir vos priorités et pointer le curseur sur des métiers qui peuvent réellement vous correspondre et d’autres qui, à l’inverse, sont définitivement à proscrire par incompatibilité avec votre personnalité.

Une telle introspection ne sert pas que des buts professionnels. Elle va bien au-delà et c'est là que réside l'essentiel de l'intérêt de l'initiative pour vous. Car elle vous donne la possibilité de vous connaître vous-même, non pas en tant que travailleur ou objet économique mais en tant qu’être humain, ce qui est infiniment plus important pour votre épanouissement personnel.

Vous en apprendrez ainsi beaucoup sur vos capacités en termes de contrôle de soi, efficacité personnelle ou encore confiance en soi. A terme, l’objectif ultime de cet exercice pour vous est de connaître votre identité, qui vous êtes vraiment. A partir de là, votre reconversion professionnelle ne peut être qu'un succès.